LES NUITS DE LA GUITARE DE PATRIMONIO

0
79

Du 18 au 25/07/2023 au Théâtre de Verdure – Patrimonio (20).

Véritable monument de la musique vivante sur l’Île de Beauté, les Nuits de la Guitare ont délivré une fois de plus une succession de moments riches en émotion. Pour sa 34ème édition, le festival a proposé une affiche éclectique avec des artistes confirmés. Dans le cadre rustique et chaleureux du Théâtre de Verdure, le public s’est régalé de la prestation d’Ibrahim Maalouf. S’éloignant du cadre du jazz conventionnel, le trompettiste et son groupe ont arpenté les chemins plus rugueux du rap et du hard-rock pour un melting-pot musical déroutant et ébouriffant. L’éternel baroudeur Bernard Lavilliers a livré une prestation solide et poétique en amenant avec lui le public sur les routes du continent américain. Il a donné la part belle à ses morceaux de bravoure des années 80 : « La salsa », « Stand the Ghetto », « Idées noires », « Rock city ». En habitué des lieux, le virtuose de la basse, Marcus Miller, a démontré une fois de plus sa maîtrise de l‘instrument dont il tire des mélodies grooves et veloutées.

Sous une chaleur accablante, la volcanique Izïa a pris possession de la scène. Elle n’a pas manqué de signaler ses attaches calvaises pour montrer l’affection qu’elle porte à la Corse. Si sa prestation est portée par une énergie communicative, elle n’en réserve pas moins des instants de poésie débridée qui n’est pas sans rappeler celle de son illustre père, le grand Jacques. Pour la clôture, place à un grand habitué des lieux, le talentueux et exubérant -M-. Ce concert marquait un anniversaire important pour Matthieu Chedid, celui des 10 ans de sa rencontre ici-même avec celle qui partage sa vie depuis. Très attendu par une immense foule, dans une atmosphère chargée d’électricité, avivée par des rafales de vent, le guitariste virtuose a plus que comblé les attentes. Jouant avec intensité et enthousiasme tous ses morceaux de bravoure, -M- a transcendé le public, s’appuyant sur son groupe survolté et sa légendaire bassiste, Gail Ann Dorsey. Cette dernière a même eu son moment privilégié pour interpréter un « Life on mars » poignant, en hommage à David Bowie qu’elle a accompagné pendant de nombreuses années. Conclusion en forme d’apothéose avec un « Je dis aime » repris à pleine voix par le public conquis. L’équipe des Nuits de la Guitare peut savourer une édition remarquablement réussie. Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour l’année prochaine.

Nouvelle Vague

festival-guitare-patrimonio.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici