MAX ROMÉO

0
151

Le 20/05/2023, dans le cadre du festival Terres d’artistes, à l’Espace Lanza – Solliès Toucas (83).

Le festival Terres d’artistes en est à sa deuxième édition et c’est pour ma part la première à laquelle j’assiste. La qualité et la convivialité de la soirée ne peuvent que m’encourager à vous en raconter l’essentiel dans le but que, comme moi, vous ne manquiez pas la prochaine édition. A ma grande surprise, c’est en plein air que la municipalité de Solliès Toucas nous accueille. Le site goudronné manque peut être un peu de charme, mais nous sommes avant tout venus pour danser et écouter. En réalité, dès que les décibels ont parlé, il n’était plus question de rien d’autre que de musique. L’accueil très convivial de l’équipe organisatrice a fait son effet sur un public nombreux, mais surtout motivé et connaisseur. L’ambiance pré-concert très conviviale permet à chacun et chacune de retrouver ses connaissances et de socialiser autour d’un verre. Le show commence par Droop Lion, un jamaïcain cinquantenaire à la voix soul éraillée et puissante. Bien qu’il se soit par le passé fourvoyé comme chanteur des Gladiators (ou du moins des vestiges qu’il en reste), Droop Lion fait bien meilleure figure avec son propre répertoire, un reggae soul rythmé et dansant. Son album « Ideologies » est d’ailleurs tout à fait recommandable (je l’avais chroniqué dans le magazine).

Pour ne rien vous cacher, celui que j’attendais le plus n’était pas Max Romeo mais Lutan Fyah, car c’est un artiste dans la fleur de l’âge qui fait dans le style new roots, dont je me délecte tant. C’est un véritable surdoué du flow, tant chacun de ses morceaux sonne avec des textes pertinents qui coulent sur le rythme avec l’évidence du cours de l’eau sur les galets d’un torrent. J’ai à ce moment constaté que le band allait assurer toute la soirée. J’y ai reconnu le guitariste Kubix et le batteur Thomas qui officient souvent avec Taïro, je dois dire plusieurs choses, tout d’abord ils ont vraiment bien joué, alternant les styles et les répertoires bien différents des 3 chanteurs avec brio et ils n’ont pas volé leur cachet car ils ont joué plus de trois heures dans la soirée ! Lutan a été comme de coutume charismatique et groovy ! Contrat mille fois rempli ! Max Roméo a sans surprise clôturé la soirée en enchaînant les standards qu’on lui connaît, mais aussi en présentant des jeunes chanteurs pour souffler quand ses 80 ans devaient peser sur sa capacité à assurer sur scène. Il n’empêche que le fait de chanter les mêmes chansons depuis plus de quarante ans m’interpelle, peut être que c’est rassurant pour les spectateurs du concert, si la qualité artistique était bien là, quid de la créativité ? C’est sûrement secondaire quand on parle d’un monument historique, qui demande au château de Versailles de ressembler à Beaubourg ?

Un dernier mot pour consacrer la véritable star de la soirée : le public ! Malgré une pluie qui fait son apparition au milieu du concert, alternant crachin,  gouttes fines ou plus épaisses, personne n’a bougé et tout le monde ou presque dansait tout au long de la soirée. Au point final du show de Max Romeo, la foule exulte les bras en l’air avec un enthousiasme et une énergie qui faisait plaisir à voir et à ressentir.

Pour finir je voudrais souligner un point capital de cette organisation qui a viré en très belle soirée : le prix des places fixé à 12 euros ! Quand les multinationales de l’entertainment nous assomment à coups de dizaines ou de centaines d’euros pour assister à ce qui ressemble davantage à un feu d’artifice mis en musique qu’à un véritable concert, l’équipe de Solliès-Toucas n’a pas à rougir de la comparaison car tout le monde a passé une excellente soirée bien au delà de ce à quoi nous nous attendions, bravo à eux.

Emmanuel Truchet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici