MUSE

0
81

Le 15/07/2023 à l’Orange Vélodrome – Marseille (13).

Le splendide stade marseillais s’est retrouvé embrasé par les effets scéniques, et surtout la prestation explosive du célèbre groupe anglais Muse. C’était leur deuxième au Vélodrome, ils étaient déjà venus en juillet 2019 et on s’en souvient encore du Simulation Theory World Tour. L’organisation du concert (merci Adam Concert) a fait que l’installation de la presse s’est faite par les coulisses. C’est impressionnant de pénétrer un stade de cette façon, de contempler la scène et la foule devant vous, d’admirer les chorégraphies mécaniques des machines qui installent le matériel, de mesurer l’importance et l’ampleur des échafaudages et constructions nécessaires afin qu’un tel spectacle puisse être mis en œuvre. C’est monstrueusement impressionnant. 

Pour la première partie, nous avons eu l’honneur de voir Royal Blood. Un groupe hyper rock, puissant qui introduit bien l’arrivée de notre trio préféré (même si le 4e membre reste dans l’ombre). C’est à 21h40, l’heure indiquée sur la première photo prise, car il est évident que nous ne regardons pas nos montres à ce moment précis mais les écrans géants de chaque côté de la scène. Ils s’allument et commencent à diffuser des images apocalyptiques d’une rébellion menée par des personnes revêtues de noirs, cagoulées et masquées de miroirs. Matt, Chris et Dom sont là habillés exactement de cette façon avec leurs instruments respectifs. Waouh un logo géant s’enflamme derrière eux, puis un W, un O, un T et enfin un P… Il fait chaud, très chaud au bord de la scène.

Les flammes, les cris de joie du public et le titre éponyme interprété par Muse sont en harmonie, go, c’est parti ! Pendant 2 h de concert, ils se sont donnés à fond devant un stade déchaîné. Leur dernier opus revient au son tant adoré de leur début avec leur 2e album  « Origin Of Symmetry ». Un retour au rock aux touches électro, mais cette fois toujours autant agressif par les riffs de guitare et les percussions de batterie, avec en plus des textes plus forts, dénonciateurs et crieurs . Cela dit, quel moment de pure douceur avec cette splendide chanson « Verona ». Le public l’a illuminé de 50 000 petites étoiles provenant des portables. Les portables ce soir-là ont joué un rôle très important dès que la guitare de Matt s’est mise à faire résonner ce célèbre riff de Plug In Baby. Il avait été proposé au public sur les écrans géants avant le début de concert d’installer une application et de la lancer à ce moment précis où le film d’animation de scène diffusait des voitures. Et c’est justement au lancement de ces notes électriques qu’elles sont arrivées. Un spectacle féerique s’est déroulé pendant plus de 5 minutes dans les gradins et dans la fosse. Le logo WOTP, le visage d’une personne masquée s’est formé dans cette magie numérique. Les couleurs se sont alternées, quelle réussite. Bravo Muse France !

Le groupe aura joué ses plus grand titre « Uspring », « Undisclosed Desires » « Résistance », « Hysteria »,  « Supermassive Black Hole », « Starlight », entre autres, avec des jeux de scène animées par les flammes, et deux structures gigantesques : en premier ce fameux masque de miroir, puis cette bête, un taureau à moitié squelette en fin de concert. Comme à l’accoutumée, avec Chris et son harmonica en prélude, « Knights Of Cydonia » viendra clôturer le dernier rendez-vous français de cette tournée mondiale.

Mad, mad ,mad, Madness, ils nous laissent… À très vite car on vous Love, nous, vos People Of Your World.

Valérie Loy

muse.mu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici