FESTIVAL LES ÉMOUVANTES – Samedi

0
186

#NVmagLiveReport

Le 25/09/21 –Conservatoire Pierre Barbizet –Marseille (13)

Cette dernière soirée du festival Les Émouvantes s’annonce encore riche et surprenante. Au programme le duo « Hymnes à l’amour » et le quartet « Caravaggio ». Deux incursions originales dans le jazz, les musiques improvisées, les musiques actuelles.

Hymnes à l’Amour est composé de Didier Ithursarry à l’accordéon et Christophe Monniot aux saxophones. Une immixtion de la note bleue dans les musiques traditionnelles et populaires. On part dans les Balkans, Christophe Monniot (dont l’ombre se projette sur le mur) embouche son sopranino pour une courte mélodie reprise par l’accordéon. Un concert d’anches qui nous transporte dans un ciel bleuté. Puis, un morceau écrit pour les seize chanteuses du Mystère des voix bulgares suivra. Même sans leurs présences, on imagine la force évocatrice de ce thème. Les deux amis jouent et se regardent en permanence comme pour mieux partager leur musique, leur complicité. Il y a beaucoup de passion dans chacun des airs joués (dont un qui porte justement ce nom) et aussi de la mélancolie comme pour cette valse évoquant les migrants italiens dont certains arrivèrent au delà des Alpes avec un accordéon. Petite exception « East Side », une composition de l’accordéoniste, hommage à Leonard Bernstein. Tous les deux s’en donne à cœur joie, entraîne l’autre dans un trip New-Yorkais. Chorus enflammés, envolées free. Ils feront ensuite, un détour par le pays basque, « Banako », une danse nous disent-ils. Danse fantasque dopée au piment d’Espelette dont on aurait bien aimé voir la chorégraphie quoique Monniot, sopranino dans les bras, esquisse quelques pas…Court retour en Hongrie « Olah la » avant un final très hot, une habanera où ils rivalisent de lyrisme et d’invention usant même de leurs instruments comme objet de percussions. Probablement le set le plus émouvant, le plus sensuel de tout ce festival mais le concert suivant ne va pas tarder à nous sortir de notre trouble.

Caravaggio est le groupe formé il y a près de quinze ans par Bruno Chevillon à la basse Fender, Eric Echampard à la batterie, Benjamin De La Fuente à la guitare électrique ténor et au violon et Samuel Sighicelli aux claviers analogiques et numériques. Ils nous jouent la musique de leur dernier album « Tempus Fugit » (Eole records). Avec un tel lineup, on se dit que cela va sonner comme du rock. Et on n’est pas loin car c’est manifestement une de leur inspiration. Certains d’entre nous ont entendu du Led Zep, du Robert Fripp, d’autres du Genesis ou du Pink Floyd. Il est sûr que Bruno Chevillon a fait vrombir son ampli Mark Bass de taille respectable. En jetant un coup d’œil à son pedalboard en sortant, on comprend mieux comment il a pu sortir tous ces sons d’une Fender Precision. Mais le jazz contemporain tient aussi une grande place dans chacun de leur morceau qu’ils jouent souvent enchaînés dans une suite complexe où l’électronique à toute sa part. Les diverses machines sous les doigts de Samuel Sighicelli en sont une preuve à chaque instant. Mais le cinéma est aussi une source d’influence pour les quatre musiciens. On aura la participation exceptionnelle, quoique involontaire,de Frank Sinatra, sa voix tout d’abord puis son aura dans une composition intitulée « My Way ». « Travelling, «  »70mm » ou « Jessica Hyde » viendrons confirmer les dires de Bruno Chevillon entre deux morceaux. « Tempus Fugit » n’est pas de ces concerts que l’on peut raconter par le menu. Il faut le vivre, l’entendre, le ressentir, c’est une véritable immersion. La puissance de certains passages ne fait pas vibrer que les murs de la vénérable salle Henri Tomasi, on ressent au plus profond de nous le souffle, la pulsation, l’énergie, le halo de ces sons viscéraux propulsés par le quartet. Le temps passe (!), les dernières notes fusent, les lumières reviennent et pourtant on aurait bien replongé un moment dans leur univers expérimental et étourdissant.

Jacques Lerognon

 

« Hymne à l’amour »

 

« Caravaggio »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici