DOCK IN ABSOLUTE

0
29

#NVmagLiveReport

 

Le 07/12/23 au Théâtre Alexandre III – Cannes

C’est le trio luxembourgeois Dock In Absolute que recoit le théâtre Alexandre III, pour ce dernier concert de l’année, dans le cadre des Jeudis du Jazz. Jean-Philippe Koch, compositeur de la majorité des morceaux est au piano, Victor Kraus à la batterie et David Kintziger (le belge de l’équipe) à la basse électrique. Pour nous faire pénétrer dans leur univers, ils commencent par trois thèmes, dont le très beau « Flaoting Memories », issus du deuxième CD « Unlekely » (Cam Jazz 2019). Puis enchaînent sur les compos du tout nouvel album (le troisième) intitulé « [Re]Flekt », sorti en octobre.

Ils jouent un jazz moderne et dynamique avec de fortes influences hard bop par moments. Le pianiste, leader de ce groupe semble-t-il, laisse beaucoup de place à ses compagnons de scène. Il a un toucher au piano plutôt percussif, il aime à jouer les mains croisées, la main gauche titille alors la mélodie. Le batteur, au jeu très inventif, donne à chaque morceau des structures assez complexes dans lesquels s’engouffre avec délices le bassiste. On retiendra quelques titres « heartbeat » et son rythme métronomique (normal !), la très jolie ballade « Sofia » dédiée à la fille du pianiste (celle qui l’empêche de dormir depuis trois ans, nous dit-il) mais aussi « Kintsugi » (inspiré d’une philosophie japonaise du XVIe siècle) introduite par un long riff en accords du bassiste. C’est avec le très enlevé « Rollin » qu’ils nous quittent. Mais on les retrouve très vite derrière leur CDs et vinyles pour quelques échanges impromptus et sympathiques.

Jacques Lerognon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici