LA YEGROS

0
124

La Yegros est un groupe de musique qui puise ses inspirations dans la culture argentine, d’où est originaire Mariana et diffuse une énergie solaire qui invite à danser. Échanges avec Mariana, qui termine bientôt sa tournée célébrant les 10 ans du célèbre album “Viene de Mi”.

Qu’est-ce que cela provoque en vous lorsque l’on vous surnomme « La Reine de la Cumbia » ?

Je trouve cela un peu drôle car comme je dis toujours, nous n’avons qu’une seule cumbia dans notre répertoire et c’est « Viene de Mi », mais cette chanson a été tellement puissante que les journalistes l’ont aimé et ne cessent d’en parler.

Pourquoi avoir voulu faire un album rétrospectif ? Est-ce une sorte d’hommage à votre premier album « Viene de Mi » qui a été un bouleversement dans votre vie ?  

Ce n’est pas un album rétrospectif, mais un tour pour les 10 ans de “Viene de Mi”. C’est une belle occasion pour fêter avec notre public ce premier album qui a vraiment changé ma vie. Il a concrétisé mon rêve de vivre de ma musique, de voyager à travers le monde, en transmettant notre culture, mes racines et de me nourrir d’autres cultures. Cet album m’a poussé à sortir de chez moi et à vivre des aventures inoubliables.

On ressent bien votre côté « citoyenne du monde » dans vos rythmes, comment les puisez-vous et quelles sont vos sources d’inspiration ?

C’est certain. Mes parents viennent d’une province qui se situe à 1000 km de Buenos Aires, mais je suis née et j’ai grandi aux environs de la capitale, où tous les types de musique sont diffusés. J’ai toujours aimé mélanger des tonalités modernes avec des sons plus traditionnels, c’est quelque chose qui me vient naturellement. Je n’ai pas besoin d’aller loin pour trouver les deux axes qui caractérisent ma musique : l’urbain et le traditionnel. J’admire et suis beaucoup inspirée par Rosalia, Stromae, Naty Peluso qui trouvent une certaine originalité artistique très puissante.

Votre tournée d’un an s’achève très bientôt, quels souvenirs en gardez-vous ? 

Oui, le dernier spectacle sera le plus émouvant. Chaque fois qu’un cycle se termine, je me laisse un temps de transition. Je me souviens des regards que m’envoie le public à la fin de chaque spectacle. J’aime aller le saluer lorsqu’il m’attend pour me dire quelques mots, ou que je signe des autographes. Ce sont des moments qui me marquent beaucoup, que j’aime graver dans ma mémoire. Lorsque je suis triste, ces gens me donnent la force, sans le savoir, pour me relever. Il y en a d’autres qui me racontent des choses assez tendres ou profondes qui leur arrivent grâce à notre musique et que je garde dans mon cœur. Ce que nous donne le public est infini, c’est une énergie pure qui nous alimente pour chaque concert.

Vous avez surtout tourné en France cette année, quel rapport entretenez-vous avec notre pays ? 

Jamais je n’aurais imaginé que la France tienne cette place dans ma vie. Depuis le premier album, j’ai eu un coup de foudre avec le public, un de ceux que tu n’espérais jamais et qui arrive sans jamais cesser de te surprendre. Cette relation est chaque fois plus forte. Comme je dis toujours, la France m’adopte et je me laisse aimer. Avant d’arriver ici, j’étais une personne qui souffrait de vivre loin de son pays, de ses habitudes, de sa famille, de ses amis. J’ai essayé plusieurs fois de m’installer dans d’autres pays, mais ce fut un échec car je finissais toujours par rentrer. Jusqu’à ce que ma musique et l’amour des Français me donnent une bonne raison de pouvoir vivre loin de chez moi. 

Comptez-vous retourner en Argentine pour préparer votre nouvel album pour vous immerger dans la culture d’Amérique Latine et sa musique ?

Oui, j’y suis déjà retournée cette année, pour enregistrer avec mon producteur Gaby Kerpel, composer avec Daniel Martin et préparer un disque qui sortira en 2024 et qui est beau.

A quoi pouvons-nous nous attendre dans ce prochain album ? Y aura t’il des messages forts et engagés comme vous nous en proposez déjà ?

Oui, il y aura un peu de tout, des chansons pour danser, pour réfléchir, pour tomber amoureux, et pourquoi pas pour se séparer, haha !

Aurons-nous la chance d’entendre des inédits lors de votre tournée ?

Oui, ce soir, nous offrirons quelques surprises au public pour pouvoir, on espère, partager ça avec eux et fêter nos 10 ans de Viene de Mi, la sortie de notre prochain album et tout ce qui viendra en 2024. Ne ratez pas ces dernières dates de la tournée !  

Camille Bargain

Le 02/12/2023 au Moulin – Marseille (13).

layegros.com

Photo : Landry.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici