TIKEN JAH FAKOLY

0
42

Le 06/10/2023 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06).

J’ai une relation étrange avec Tiken Jah Fakoly, d’un côté j’exècre la vision misérabiliste et caricaturale de l’Afrique qu’il répand et dont il fait profession et d’un autre côté j’apprécie, non sans ressentir un certain plaisir coupable, ses concerts. En effet, je lui reproche de vendre une vision passéiste de l’Afrique comme si le continent devait vivre dans l’attente éternelle d’une reconnaissance des crimes de la colonisation par l’occident alors que la jeunesse bouillonne d’énergie et regorge de compétence et de créativité. En réalité il ne s’adresse pas du tout aux africains, qui sont des victimes collatérales de ses discours négatifs mais cible le public plus rémunérateur d’Europe, notamment celui des altermondialistes qui ont souvent malgré leurs sincères bonnes intentions une pensée très schématique dorée de clichés qui les sécurisent. Pour l’exemple, un bénévole est venu dans ma classe faire une présentation du commerce équitable en affichant au tableau l’article de la déclaration universelle des droits de l’homme qui a justifié la colonisation de l’Afrique sans qu’il voie le moindre problème quant à cette universalité occidentale non négociée dont Tiken Jah se repaît. Il s’en est rendu compte et depuis quelques temps nous n’assistons plus à des concerts qui font la liste interminable des problèmes du continent comme ses habitants n’étaient bons qu’à être des victimes. 

La musique aussi s’est améliorée, non pas que ses musiciens jouaient mal mais ils tentaient de refaire du Burning Spear en moins bien (forcément) et depuis quelque temps la créativité a repris le dessus. Au Lino Ventura je dois dire que j’ai passé une excellente soirée à danser au milieu d’un groupe de maliens et d’ivoiriens survoltés au sein duquel je ne faisais absolument pas tâche. Une amie qui m’accompagnait a, elle aussi, ressenti cette ferveur sans connaître l’artiste à l’avance ce qui montre la qualité indéniable du spectacle. C’est vrai qu’en fin de set les clichés habituels sont un peu revenus et je ne fais pas procès aux africains de s’y retrouver et de s’en réjouir, tant il est vrai que pour eux entendre ce que leur peuple a vécu rassure.

Je ne peux pas dire non plus, moi qui lutte depuis des mois pour des questions de visas pour accueillir mon amie en France, que la chanson “ouvrez les frontières” ne m’a pas ému. C’est un aspect de la vie mondialisée que nous les Français moyens ne connaissent ni ne comprennent ou ressentent, ce sentiment d’être enfermé au seul motif qu’on n’a pas la bonne couleur de peau, cela semble insensé en 2023 mais c’est encore le quotidien de millions de personnes sur terre et accessoirement le mien. Donc ouvrons les frontières et nos esprits avec, chiche ?

Emmanuel Truchet

tikenjah.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici