PEILLON JAZZ FESTIVAL – Vendredi

0
28

Le 30/06/23 au village de Peillon (06)

Les conditions météorologiques ont retardé l’heure des balances mais n’ont point dissuadé le public qui, petit à petit, s’installe sur les chaises disposées sur la place Arnulf de Peillon. Premier set: le saxophoniste Samy Thiébault a monté, à la demande des organisateurs, un quintet original composé de la saxophoniste–flûtiste Jeanne Michard, de la pianiste et chef d’orchestre Carine Bonnefoy, de la batteuse Julie Saury et du partenaire de longue date, le contrebassiste cubain Felipe Cabrera. Un répertoire construits autour de compositions de chaque musicien, réarrangées pour l’occasion. Un voyage dans les mélodies et les rythmes afro-cubains avec de belles étapes, les très prenants « Naranjos y Limoneros » de Thiebault ou  » Recuerda tus sueños » de Michard et « Harufe » de Cabrera. Petite exception pur jazz, « Laissez-moi », écrit par Julie Saury avec un beau solo de contrebasse, de piano et… de batterie. Une première pour cette formation qui semble avoir pris beaucoup de plaisir à jouer pour nous, comme nous à les écouter. On imagine qu’ils se retrouveront souvent.

22h30, le ciel est dégagé, il fait frais, la chanteuse américaine Robin McKelle prend place sur scène. Elle va nous présenter son nouvel album « Impressions of Ella », son hommage à Ella Fitzgerald, qu’elle a enregistré à New York avec le mythique Kenny Barron. On aurait tous aimé voir « the fabulous » Kenny à Peillon mais il est en tournée avec son propre trio. De plus, cela nous permet de découvrir de jeunes musiciens exceptionnels Jonathan Thomas au piano, Eric Wheeler à la contrebasse et Jonathan Barber à la batterie. Ils assurent une rythmique impeccable sur laquelle Robin peut déposer sa voix rauque ou tendre et ses scats endiablés. Le swing est à l’honneur de « Taking A Chance On You » à « Embraceable You » ». Ellington, Gershwin, Billy Strayhorn… On prend une « Caravan », un peu de bossa avant de passer par un « April in Paris ». Trés beaux arrangements, la chanteuse ne cherche pas à imiter la grand Ella, elle se glisse dans la musique en gardant sa personnalité propre. Elle met constamment ses musiciens en valeur et ils le méritent, une fine équipe. En rappel, Samy Thiebault rejoint le groupe pour un flamboyant « Hallelujah I Love Her So » et, comme il faut bien s’en aller, « Hit The Road Jack ».

Jacques Lerognon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici