MARCUS GAD

0
188

Le 29/04/2023 à C’Picaud – Cannes (06).

Ce samedi soir, dès l’arrivée devant la MJC, on sentait dans l’air les vibrations d’une soirée réussie. Tout d’abord, parce que nombre de personnes cherchaient frénétiquement des places à acheter car la soirée affichait complet en réservation. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu la MJC Picaud à pareille fête. Jacob le programmateur a tout d’abord fait ce qu’on attend de lui, c’est-à-dire choisir deux excellents groupes parfaitement complémentaires, pour se partager une affiche alléchante. La soirée a commencé par le groupe Cannois Infraroots, dont les fans remplissaient presque la salle à eux seuls. La prestation était vraiment attendue et tous les amis et inconditionnels du groupe ont hurlé tout ce qu’ils pouvaient pour le motiver. De formation assez récente, c’était la première fois que le groupe a pu dérouler son soul reggae très énergique dansant et groovy sur une scène dotée d’un gros son managé à la perfection par la MJC. Chaque musicien a été parfaitement diffusé en façade et aux dires de tous, le son de scène était excellent ! Ce qui marque de prime abord chez Infraroots c’est le talent de leur deux chanteuses Marion et Lucille, l’une est suave quand l’autre est explosive et comme les rôles peuvent s’inverser à tout moment. Elles nous baladent en s’appuyant sur le groove du groupe.

Les 45 minutes de leur set se sont faites sans anicroche, avec une énergie rythmique soutenue et un échange constant avec le public qui comme moi les entendait pour la première fois, avec un gros son, parfait qui plus est. J’ai adoré leur prestation, vraiment même, si je suis le groupe depuis des années, ce soir-là, à Picaud c’était très spécial et personne ne s’y est trompé. Après une courte pause Marcus Gad et sa « Tribe » ont occupé la scène et là aussi la prestation fût de qualité. Marcus Gad est un travailleur acharné et je l’ai peut-être déjà vu dix fois ou même plus en concert. J’ai chroniqué tous ses albums et je vois une évolution à chaque fois, preuve d’une constance dans l’implication. Sa musique qui est apparue sonner juste dès le départ mais elle était parfois aussi trop consensuelle. Elle s’est cependant charpentée avec le temps, son chant aussi a progressé en énergie comme en profondeur. L’apparente simplicité et le côté soft de son groove est en fait habité de plus en plus de subtilité rythmique et musicale. L’ensemble est au final très entraînant et dansant, et danser c’est ce que j’ai fait du début à la fin de la soirée avant de rentrer en arborant un large sourire tout le reste de la nuit !

Emmanuel Truchet

facebook.com/Marcus.Gad.Official

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici