BJÖRK

0
52

Le 02/12/2023 au Zénith – Nantes (44).

Il n’aura fallu que le temps d’un concert à Björk l’artiste islandaise désormais iconique, pour réaliser ce que « Pando » (NDLR : « Je m’étends » en latin), l’organisme le plus étendu de notre planète, aura achevé en plusieurs millénaires. Une connexion parfaite, instantanée avec l’ensemble de ses composants.

À mi-chemin entre spectacle d’enfants et conte de fée, une sorte d’Opéra dont la modernité y est indéniable, Björk nous surprend encore par la singularité de ses prestations scéniques. Chaque concert de sa tournée « Cornucopia » est unique, à chaque lieu sa faune et sa flore, à chaque spectacle sa scénographie, ses costumes.

Escortée de musiciens aux talents démultipliés, Björk impose son ton organique et ses sonorités minérales à une modernité résolument soumise. L’interchangeabilité de ses textes et de ses mélodies repousse les plus performantes des I.A dans les cordes de leurs propres obsolescences. L’artiste insuffle un niveau de création synaptique tel que la technologie ne suit plus. La véritable force de l’ambassadrice du vivant musical vient de ce que celle-ci sut, dès ses débuts, utiliser les opportunités offertes par le mouvement électronique sans jamais en être asservie, arquer les fondamentaux de la fusion classique/moderne jusqu’au point de rupture et franchir celui-ci pour atteindre l’auditoire droit au cœur, au plus profond de l’âme.

Les albums « Fossora » et  » Utopia » se partagent la part belle sur scène, et, une fois le son défini, c’est le visuel qui enchante. Le jeu de rideaux mêlant transparence et images projetées perd le public dans les méandres d’un réseau fongique dont chaque spectateur devient point d’ancrage. Le temps même s’y dénature et l’heure et demie de la prestation devient instant.

L’expérience d’un concert de Björk, artiste primée à Cannes et considérée comme l’une des femmes les plus influentes du Monde, ne laisse pas indifférent, jamais. L’expérience sensorielle est totale et rien ne ressemble à ce que l’on pourrait trouver ailleurs.

Björk saisit vos synapses et y connecte son propre réseau, dans un instant résolument magique, la nature reprend sa place en chacun de nous, la musique s’y fond et nous ramène à notre condition d’êtres incarnés. Björk nous apprend à se reconnecter et à aimer la vie…

Aurélie Kula

 

musiciens : 

@viibraflutes

@bergurth 

@manudelagomusic

@katiebuckleyharpist 

bjork dress @delcoreofficial @danieldelcore

latex bodysuit @xvenusprototypex

shoes @maisonmargiela

floral dress @marni

headpieces @james.t.merry 

musicians outfits @balmain 

hair @johnvialhair

musicians hair @tomikono_wig

makeup @isshehungry 

styling @eddagud 

photos @santiagraphy

Article précédentPASCAL OBISPO
Article suivantANNE QUEFFÉLEC ET GASPARD DEHAENE
Aurélie Kula
Aurélie rejoint l'équipe de Nouvelle Vague en 2013, en tant que rédactrice. Après plusieurs contributions, elle intègre le bureau du journal au sein duquel elle effectuera les missions liées à sa nouvelle fonction de secrétaire de rédaction pendant plusieurs années, ce qui l'amènera à couvrir beaucoup de concerts et de festivals, comptes rendus et interviews d'artistes de renoms et internationaux. Aurélie est en charge du "Son du jour" sur la page Facebook de Nouvelle Vague, publié tous les jours à 13h. Amatrice de jazz, IDM, dream pop, néo classique et de punk rock (en gros FIP), elle est aussi une grande collectionneuse de vinyles. Ses autres passions sont, à ce jour, la photographie, la littérature, la basse, les arts martiaux et le yoga. A présent, elle travaille en tant qu'assistante de production pour l'influenceur Nota Bene, youtuber spécialisé dans la vulgarisation de l'Histoire et le Gaming.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici