GUILLAUME FARLEY : Blindé

0
55

(Autruchon Productions/Votre Guise éditions)

Ce qui caractérise Guillaume Farley, serait bien le romantisme et la passion de la langue française. Le revoilà, dans un troisième album intitulé “Blindé”. Passé le titre éponyme de l’album, « Pour toujours un faux rêveur”, aux sonorités kitsch des années 80 via le synthétiseur, balance un texte gentiment naïf. Dans ce disque, il chante les amours impossibles, et la vie moderne sur « Le fantôme” et « Une Peau Nouvelle”. Guillaume sait aussi garder une part d’enfance et de fantaisie sur « Ma perspective” et « La chanson du micro”, avec beaucoup d’humour ! Tour à tour, poète et troubadour, Farley, mixe les sons disco ou new wave, avec une indécente désinvolture. Utilisant le taping d’une basse sur « Mais grave”, il prend tous les risques, en mettant son instrument favori en avant, donnant un côté très funky au disque ! Définitivement, inclassable, “Blindé” est à contre-courant de toute sphère musicale.

Céline Dehédin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici