FOALS : Antidotes

0
159
Album de légende Foals Antidotes

(Sorti le 24/03/2008)

Vous connaissez peut-être les deux derniers opus de Foals intitulés « What went down » et « Everything not saved will be lost ». Cependant, c’est leur premier album « Antidotes » qui leur a permis de gagner en popularité en Angleterre à la fin des années 2000. Et pourtant, il aurait très bien pu ne jamais voir le jour. Selon Yannis Philippakis, chanteur, guitariste et meneur de ce groupe de rock anglais, au tout début, les membres étaient toujours en désaccord : « Nous étions très critiques envers nous-mêmes », dit-il. Impossible pour autant de dire si c’est pour cette raison-là qu’Andrew Mears, l’un de leurs anciens musiciens, décide de s’en aller. Une chose est sûre cependant ; Yannis Philippakis veut produire quelque chose d’original. « Je ne suis pas là pour porter des bottes à la mode et roucouler les mêmes merdes », déclare-t-il. 

Avec « Antidotes », amour, rêveries, filles, fêtes sont notamment évoqués. Ce n’est pas tout… La chanson « The French Open » s’inspire de la publicité dans laquelle Andy Roddick avait tourné pour Lacoste. L’idée de ce morceau est de mettre en avant l’ancien tennisman américain que le chanteur grec qualifie de « beautiful loser ». Dans « Electric blooms », il y a comme un écho. Chaque phrase est déclamée à plusieurs reprises. C’est comme si l’on cherchait à nous avertir de quelque chose. Côté instruments, même si les mélodies sont énergiques, les musiciens ne veulent pas faire comme tout le monde. Leurs guitares, ils les tiennent différemment : « On joue avec le haut du manche et on tient également nos guitares en hauteur ce qui contribue à créer des harmonies étranges ressemblant à un essaim d’insectes. »

Chris Ferreira

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici