ADÉLYS : Toutes les fenêtres et les ruisseaux

0
114

(La voile d’Aile/NMAS)

Avec son ciré jaune et sa voix fluette, la normande Adélys n’est pas sans rappeler la bruxelloise au succès indéniable Angèle. D’ailleurs comme cette dernière, elle déclame sa flamme à la ville sur “Bruxelles les voiles”, sur son nouvel album “Toutes les fenêtres et les ruisseaux”. Loin d’être un clown vocal, on se laisse facilement bercer par ses mélodies minimalistes au beat électro sur “Lundi matin” et “Les tiroirs”. Adélys raconte les petits bonheurs et malheurs de la vie sur “L’araignée” et parle d’amour charnel sur “Ton corps”. Elle utilise sa voix comme un instrument à part pour faire ping-pong au synthétiseur sur le titre éponyme de son disque. Elle revient également sur ses origines en chanson avec “Ecoutez le nord”. Une artiste étonnante, à contre-courant de la standardisation de notre monde, pleine de sensibilité dans l’écriture de ses textes.

Céline Dehédin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici