JAZZ à JUAN : 14 juillet 2023

0
120

#NvmagLive Report

Le 14/07/23 à la Pinède Gould – Juan-les-Pins (06)

Traditionnellement le concert du 14 juillet commence avec le musicien partenaire du Red Sea Jazz Festival de Eliat en Israël et se termine avec les fusées colorées des feux d’artifice tirés dans la baie de Juan.

C’est donc le trio du jeune pianiste israélien et new-yorkais Guy Mintus qui ouvre la soirée. Il est accompagné par Oren Hardy à la basse et Yonatan Rosen à la batterie. Un jazz d’une grande fraîcheur où se mêle Gershwin, Chopin, des compositions personnelles et des chants traditionnels. Un bon swing, une grande aisance au piano et de magnifique chaussettes rouges. En toute honnête on préféra les morceaux instrumentaux qui laisse plus de place à son style pianistique.

Un court entracte et Sophie Alour ténor en main foule la cène de la pinède. Elle est entourée d’une très belle équipe, celle de son dernier disque « Enjoy ». Abdallah Abozekry et son saz, Raphaelle Brochet au chant, Donald Kontomanou à la batterie, Damien Argentieri au piano, Philippe Aerts contrebasse, avec un invité spécial pour ce 14 juillet, le batteur Cyril Atef. Le septet nous fais voyager entre jazz et musique orientale, (les chorus de saz, les accords mineurs) ponctué par quelques gigues irlandaises alors que le chant de Raphaëlle Brochet,  lui nous entraîne en pays Sindhu. Chaque inspiration amène ses strates pour bâtir une musique ambitieuse, enjouée, colorée.

Sophie Alour est une leadeure généreuse, elle nous offre quelques belles parties de ténor (quel son chaleureux! ) ou de flûte mais elle laisse aussi beaucoup de place à ses musiciens. Un magnifique solo de piano dans « Un ciel plus grand » ou le double solo de batterie de Atef et Kontomanou rivalisent de puissance, de subtilité et d’inventivité. Un court rappel après une sortie à peine esquissée, un trop court concert mais c’est l’heure du fameux feu d’artifice. Et il est de toute beauté. Le ciel et la mer rougeoient, bleuissent, les fusées montent et éclatent et lentement les tribunes se vident.

Jacques Lerognon

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici