OTTIS COEUR : Léon

0
152

(Howlin Banana Records)

Margaux et Camille récidivent de plus belle avec un nouvel EP, accompagnées d’Amélie Le Roux à la batterie, le tout masterisé par un certain Dominique Blanc-Francard. D’ailleurs, pour votre confort d’écoute, je vous conseille de savourer chaque titre à plein volume pour apprécier la dynamique et l’ingéniosité des six titres en question. “Labrador” est déjà un hymne, dès la première écoute les harmonies s’entremêlent avec une telle clarté, que ça en devient captivant, magnétique. Le garage pop d’Ottis Cœur n’a jamais autant mieux porté cet étendard pertinent et audacieux à travers des textes intelligibles et une complicité musicale colossale. 

Léon (inspiré du chant de paon durant les sessions d’enregistrement) bouscule les stéréotypes et percute direct, par extension, Ottis Coeur revigore une scène féminine qui jusqu’ici était minoritaire. “Laisse-moi” est un exemple de cette élasticité musicale, textuelle qui ouvre des perspectives insoupçonnées. Ottis Coeur n’est pas un objet esthétique, c’est avant tout la concrétisation d’une musique affranchie et exubérante. Un EP six étoiles certes trop court, mais qui s’écoute en boucles. Vous en ferez régulièrement une absorption quotidienne, idéale pour remettre dans le contexte actuel, les thèmes abordés ici avec une lucidité bluffante. Léon est un hameçon, vous voici avertis !

Franck Irle

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici