MUDRIVER : Mudriver

0
84

(Autoproduction)

Une partie conséquente de la musique des dernières décennies n’aurait jamais vu le jour sans l’obstination de ses auteurs. Une notion de pureté artistique intuitive constamment recherchée, une volonté d’aboutissement qui finit par se concrétiser par l’enregistrement de compositions et de leurs publications. Chez Mudriver, la centrifugeuse des références cache en réalité une personnalité authentique, bien ancrée dans le présent. Des paysages sonores dépassent la rationalité humaine, déformant la perception, caractérisé par des riffs envoûtants, qui à certains moments se colorent de doom sépulcral. Les rêves relient différentes dimensions de notre existence. Aurélien a trouvé la solitude nécessaire pour concevoir des spirales descendantes d’accords dissonants. Le trio Dracénois signe un album dont les compositions sont comprimées en un globe de matière noire semblable à du charbon. Inévitablement, on plonge de plus en plus profondément, dans une obscurité attendant d’être éclairée par la lueur de flammes, des coulées de boue d’où il est impossible d’échapper. Un disque poignant, d’où émerge une stase aux expansions acérées, des associations mentales avec des espaces illimités. 

Franck Irle

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici