BARBAR’O’ RHUM

0
169
Zoom Barbar'o'rhum

Puisant son inspiration dans les chants de marins, les musiques traditionnelles, le rock celtique et le punk Irlandais, Barbar’O’Rhum propose un style novateur. Embarquez avec le groupe le temps d’une halte dans une taverne. 

Comment vous définir musicalement ?

C’est un mélange assez subtil de punk celtique pirate, avec un peu de métal, on y rajoute de temps en temps des petites pointes de reggae et de ska.

D’où venez-vous ?

Du sud-ouest de la France : Toulouse, le Tarn et le Gers.

Pourquoi ce nom ?

C’est un triple jeu de mots, ça fait penser aux barbares bourrés au rhum par extension des pirates, Barbar’O’Rhum signifie barbares en latin et c’est un clin d’œil au dessert « Baba au rhum ». Ça peut faire sourire et c’est humoristique, d’ailleurs, note nom est rarement écrit correctement.

Ce côté théâtral, vous le cultivez sur scène car vous avez une barre de bateau… explications ?

Cette barre nous sert de décor de scène et pour nous soutenir quand la houle est trop importante !

Comment vous avez vécu la période 2019/2020 ?

Cette situation a été très compliquée, nous n’avons pas pu faire de concerts pendant 10 mois. Nous avions l’interdiction de répéter pendant le premier confinement. Depuis 7 ans, on se voit une fois par semaine minimum pour répéter, passer également des tournées de folie entre 25 et 40 concerts par an. Pour nous, cette période a été difficile à gérer. Mais, dès que nous avons commencé à voir une petite lueur d’espoir, nous avons tout repris avec de nouveaux musiciens. Car, certains ont dû partir, car la musique ne payait plus concrètement. Ils ont dû se concentrer sur autre chose. Nous avons réussi à trouver des remplaçants dignes de leurs prédécesseurs et dignes de Barbar’O’Rhum.

Barbar’O’Rhum est une histoire de potes donc ?

Effectivement, nous privilégions l’humain avant tout ! On préfère un musicien qui joue moyen, avec qui on sait qu’on va se marrer, qu’un gars hyper technique mais chiant à mourir. Ça se ressent sur scène par les regards et les jeux entre nous, car cette complicité, nous la transmettons au public ! Barbar’O’Rhum, c’est une famille, une fratrie qui se soutient. On traverse tous ensemble et on avance ensemble. Notre capitaine d’équipage a composé toutes les musiques, toutes les chansons et toutes les paroles. La base c’est lui, si il ne joue plus de son instrument sur scène, il est toujours dans les coulisses à nous épauler ! Pas sexiste, nous avons aussi la gente féminine, dignement représentée par notre chère Gwen (Bonnie Bird) au violon et aux chœurs.

Côté album, vous en êtes où ?

Nous avons sorti un album pendant le confinement qui s’intitule « Journal de B’O’R » et qui fait suite à celui de 2016 « Toutes les routes mènent au rhum ». Ce nouvel album est un album aux couleurs métal, plutôt sombre. Il est très varié et il y a pas mal de chansons humoristiques. Nous travaillons déjà sur le troisième album, qui aura tout un concept, l’album racontera une histoire à travers les différents titres.  

Céline Dehédin & Valérie Loy    

www.barbarorhum31.wixsite.com/barbarorhum

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici